Hommage à Patricia Tavignot

Colloque de Cergy, 12 octobre 2021. Avant la conférence inaugurale (photographie : Anne-Laure Le Guern)

Le GRePEN (Groupe de Recherche sur la Professionnalisation des Enseignants Normands) est un des collectifs au sein desquels a travaillé Patricia, collectif qu’elle a largement impulsé. Entre nous, nous ne disions pas souvent GRePEN, mais plutôt au fur et à mesure des années et des programmes : Recherche PUN (comme Pôle Universitaire Normand dont nous avions obtenu un financement), puis PUN2 à partir de 2012, enfin PUN3 en 2015. Nous sommes quelques-uns à avoir eu la chance de travailler avec elle dans ce groupe de collègues enseignants-chercheurs des IUFM, puis ESPE de Normandie.

Le GRePEN résulte d’une initiative de mutualisation des efforts de recherche entre l’IUFM de Caen et l’IUFM de Rouen commencée en 2003-2004. Patricia est alors responsable de la recherche à l’IUFM de Rouen, Anne Le Roux est son homologue pour l’IUFM de Caen. La collaboration démarre sur la proposition d’un séminaire inter-IUFM consacré à « la professionnalisation des enseignants au service de la réussite scolaire des élèves en Normandie ». Il s’agit alors non de développer une nouvelle recherche, mais de réinvestir des recherches conduites dans les deux instituts autour de cette thématique.

La première saison donne lieu à trois séminaires tenus le 30 mars 2004 à Rouen sur « le(s) sens de l’évaluation », le 10 mai à Caen sur « Enseignement-Motivation-Apprentissages » et le 24 juin à Rouen « Autour de la professionnalisation ». Le séminaire se prolongera jusqu’en 2011, mais aura entretemps donné lieu à la constitution du groupe de recherche.  Les actes de ces séminaires sont diffusés en version papier au sein des deux instituts. Voir en photographie ci-dessous : la couverture d’un de ces actes et la page d’ouverture d’une des sessions portant sur un des sujets de prédilection de Patricia : la double posture du formateur-chercheur.

Dès le début, naît l’idée d’organiser un colloque sur la professionnalisation associant les deux IUFM. Initialement prévu à Caen, nous l’organiserons finalement à Mont Saint-Aignan les 3, 4 et 5 juin 2009. Au comité d’organisation, les deux IUFM : Patricia et Richard Wittorski pour Rouen, Marc Bailleul et moi-même pour Caen. Le colloque s’intitule : Le développement professionnel des enseignants. Le point de vue des sujets. Nous en avions fait passer l’annonce sur Calenda : https://calenda.org/196919

Pour se rappeler le « visuel » créé à cette occasion, la photographie d’un Cd-Rom des Actes du colloque (ci-dessous).

De notre séminaire inter-IUFM, nous avons conservé le principe de travailler alternativement à Caen et à Mont Saint-Aignan, accueillis sur ce site dans l’espace de la recherche constitué sous la direction de Patricia, au dernier étage d’un des bâtiments de l’IUFM avant de s’établir au rez-de-chaussée de ce même bâtiment.

Cette recherche longue est aussi une histoire scientifique collective. Elle a réuni ainsi que nous l’écrivons dans l’introduction de l’ouvrage paru en 2019 – et Patricia avait identifié ces trois éléments – des conditions de trois types : épistémiques (buts partagés, production d’idées, écriture), interactionnelles (communication, émotions) et pragmatiques (financement, élaboration des outils, connaissance des « terrains », diffusion interne et externe). Le partage des buts s’est effectué sur fond d’une conception du travail du chercheur, formateur en IUFM, puis en ESPE, caractérisé par l’exercice d’une responsabilité collective sur les modalités et les contenus de la formation initiale des professeurs. Les résultats avaient non seulement une fonction de connaissance pour la connaissance, mais aussi de connaissance pour l’aide à la décision. Aussi, le travail de l’équipe a consisté à imaginer des formes de restitution en vue de prises de décision de la part des équipes de direction et de formation des deux IUFM puis ESPE dans lesquelles nous avons travaillé.

Les séances d’analyse/interprétation de graphes issues des ASI réalisées par Marc (Bailleul) ont été et sont restées pour moi des modèles de travail collectif rarement égalés. En voici une trace ci-dessous, issue d’un des compte-rendu de réunions. Cette réunion se tient le 12 octobre 2012 à Caen. Jean-Yves (Bodergat) a assuré ce C-R avec verbatim. C’est le début de la réunion consacrée à la passation de la deuxième enquête passée au mois de juin précédent. Première page. Premières interrogations. Une intervention de Patricia : on entend sa voix…

Fragment de compte-rendu de réunion de recherche (auteur : Jean-Yves Bodergat)

Au fur et à mesure du travail, des interventions et publications sont venues faire trace de ce travail collectif. On en trouvera une liste sans doute incomplète avec un classement par année ci-dessous.

Mais les colloques sont aussi faits de moments informels et de détente, dont voici quelques images avec et autour de Patricia. Elles ont été prises par Anne-Laure Le Guern lors du symposium à l’AREF de Mons en 2016, galop d’essai pour l’ouvrage paru en 2019 aux Presses du Septentrion.

Patricia en communication au colloque de Mons au sein du symposium du GRePEN (photographie : Anne-Laure Le Guern)
Autres vues du symposium : Patricia, au travail également, dans l’écoute (photographies : Anne-Laure Le Guern)
Soir de colloque sur la Grand-place de Mons (photographie : Anne-Laure Le Guern)

Références des communications et publications du groupe de recherche

Bailleul, M., Bodergat, J.-Y. & Thémines, J.-F. (2010). « Logiques et significations des collectifs pour les enseignants débutants ». Education & Formation, 293. URL :  http://ute3.umh.ac.be/revues/index.php?revue=9&page=3

Buhot, E., Cosnefroy, L. (2011). « De la formation initiale à la première affectation, comment les professeurs des écoles perçoivent-ils leur développement professionnel ? », Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle. URL : https://www.cairn.info/revue-les-sciences-de-l-education-pour-l-ere-nouvelle-2011-1-page-17.htm

Bailleul, M., Bodergat, J.-Y. (2012). Entrée dans le métier : adhésion au discours institutionnel et confrontation à la pratique. In M. Mellouki & B. Wentzel, Que faut-il penser de la professionnalisation des enseignants aujourd’hui ?, Presses Universitaires de Nancy – Éditions Universitaires de Lorraine, 133-154.

Bailleul, M., Thémines, J.-F. (2012). Activité de recherche et formation à l’enseignement :  enjeux et dispositifs en question IUFM de Haute Normandie. Présentation à la journée d’études organisée à l’IUFM de Haute-Normandie (Mont Saint-Aignan, 11 décembre 2012).

Bodergat, J.-Y., Thémines, J.-F., (2012), « Les conceptions du métier chez les enseignants à l’épreuve de la première année d’exercice », in : Bailleul, M., Thémines, J.-F. et Wittorski, Expérience et développement professionnel des enseignants : formation, travail, itinéraire professionnel. Toulouse : Octarès Editions, 61-82.

Buhot, E., Cosnefroy, L. (2012). Les modalités de la construction des compétences professionnelles : le poids des acteurs. in M. Bailleul, J-F. Thémines et R. Wittorski (coord). Expériences et développement professionnel des enseignants : formation, travail, itinéraire professionnel. Toulouse : Octarès.

Tavignot, P., Janner, M. (2012). A l’épreuve de la réalité : quels métiers possibles ? in M. Bailleul, J-F. Thémines et R. Wittorski (coord). Expériences et développement professionnel des enseignants : formation, travail, itinéraire professionnel. Toulouse : Octarès.

Wittorski, R., Bailleul, M. (2012). Entre professionnalisation et développement professionnel : croisement d’analyses statistiques in : Bailleul, M., Thémines, J.-F. & Wittorski, R. (coord.), Expérience et développement professionnel des enseignants : formation, travail, itinéraire professionnel. Toulouse : Octarès Editions, 47-60

Cosnefroy L., Buhot E. (2013). « Workplace learning impact: an analysis of French-secondary-trainee teachers’perception of their professional development », Teachers and Teaching: Theory and Practice. DOI: 10.1080/13540602.2013.827456

Tavignot, P. (2013). La formation initiale des enseignants à l’épreuve de la mastérisation. Etude des représentations des étudiants à propos des compétences professionnelles et de leur construction, Présentation à la journée d’axe 3 du laboratoire CIVIIC (Rouen, 8 mars 2013).

Tavignot, P., Bodergat, J.-Y. (2013). Avant et après la mastérisation : la recherche dans les représentations professionnelles de futurs professeurs des écoles. Présentation au Colloque Interlabos Circulation des savoirs entre recherche et formation IUFM Université Cergy-Pontoise (29 et 30 mai 2013).

Bodergat, J.-Y. (2014). « Un observatoire de la professionnalisation comme ressource pour les décideurs et les acteurs de la formation ». Colloque ADMEE, Marrakech, Maroc (15-16-17 janvier 2014).

Tavignot, P., Thémines, J.-F., Buhot, E. (2014). La dimension collective du métier de professeur des écoles : impact d’une réforme de la formation sur la perception, par les débutants, d’un aspect stratégique du métier. Symposium : Mutations et processus de changements dans la formation et le travail des enseignants. ConviSciencia de la recherche en éducation. Journées Internationales d’EFTS. Toulouse.

Bailleul, M., Bodergat, J.-Y., Thémines, J.-F. (2015), « Les compétences pour enseigner : le point de vue d’enseignants stagiaires. La professionnalisation en formation initiale, entre pratiques, identités et prescriptions institutionnelles », Education et Formation, 303, 143-162. URL : http://ute3.umh.ac.be/revues/

Bodergat, J.-Y., Bailleul, M. (2015). « Enseignants novices face à l’offre de professionnalisation : entre adhésion majoritaire et rejets spécifiques ». In : J.-Y. Bodergat et P. Buznic-Bourgeacq (dir.), Des professionnalités sous tension. Quelles (re)constructions dans les métiers de l’humain ?, Bruxelles : De Boeck, 121-138.

Thémines, J.-F. (2015), « Entre discipline et métier : des professeurs d’histoire-géographie face à la professionnalisation ». Iin : Bodergat, J.-Y. & Buznic-Bourgeacq, P., Des professionnalités sous tensions. Quelles (re)constructions dans les métiers de l’humain. Bruxelles : De Boeck, Coll. Perspectives en éducation et en formation, 169-187.

Buhot, E., Tavignot, P. (2016). Vision de la dimension collective du métier : adhésion pragmatique à l’informel, effacement du formel. In : Bailleul M. et al., Représentations du métier de Professeur des Écoles en formation initiale. Champs, focales, flous et bougés (France : 2007, 2012, 2015), Symposium Colloque AREF, Mons.

Leroyer, L., Bailleul, M. (2016). Avoir un regard critique sur les supports d’enseignement : un trait de compétence dont l’importance se détériore. In : Bailleul M. et al., Représentations du métier de Professeur des Écoles en formation initiale. Champs, focales, flous et bougés (France : 2007, 2012, 2015), Symposium Colloque AREF, Mons.

Ouitre, F., Thémines, J.-F. (2016). Le « didactique » : effet de brouillage, problème d’identification, moindre priorité ? In :  Bailleul M. et al., Représentations du métier de Professeur des Écoles en formation initiale. Champs, focales, flous et bougés (France : 2007, 2012, 2015), Symposium Colloque AREF, Mons.

Tavignot, P. (2016). D’un outil pour comprendre à un outil pour proposer puis agir : un observatoire de la formation initiale des enseignants. In : Bailleul M. et al., Représentations du métier de Professeur des Écoles en formation initiale. Champs, focales, flous et bougés (France : 2007, 2012, 2015), Symposium Colloque AREF, Mons.

Thémines, J.-F. (2016) L’image changeante de la recherche et de son opérationnalité professionnelle construite dans les formations depuis 2007, in : Bailleul M. et al., Représentations du métier de Professeur des Écoles en formation initiale. Champs, focales, flous et bougés (France : 2007, 2012, 2015), Symposium Colloque AREF, Mons.

Tavignot, P., Thémines, J.-F. et Buhot, E. (2018). Intentions de formation et dimension collective : enseignants-débutants. In : J.-F. Marcel et T. Piot (Coord.). Intentions politiques et travail enseignant : changement et éducation. Éditions Octarès : collection Formation.

Leroyer, L., Ouitre, F., Thémines, J.-F. (2019). Représentations du métier de professeur.e des écoles et des compétences construites en formation initiale (2007-2012-2015) : présentation générale de la recherche. Journée d’études de l’axe 2 du Pôle fédératif de recherche de l’INSPE de Caen : La professionnalisation des enseignants a-t-elle eu lieu ? Caen : INSPE de Caen Normandie (27 novembre 2019).

Thémines J.-F. & Tavignot P. (coord.) (2019). Professeurs des écoles en formation initiale au fil des réformes : un modèle de professionnalisation en question. Presses Universitaires du Septentrion, Collection Education et didactiques.

Tavignot Patricia, Thémines Jean-François, 2021, « Un modèle de professionnalisation en question les transformations du métier de professeur des écoles perçues à partir de l’investissement de la formation initiale par les étudiants ». Conférence inaugurale du Colloque L’école primaire au XXIe siècle, Cergy Paris Université (12 octobre 2021).

Pour retrouver cette conférence :

Sur le site du Café pédagogique : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2021/10/13102021Article637697050978914594.aspx

Sur le site du colloque : la conférence filmée

Texte d’hommage écrit par André D. Robert et Richard Wittorski, publié sur le site de l’AECSE (Association des Enseignants-Chercheurs en Sciences de l’Education et de la formation) le 12 octobre 2022 (https://aecse.net/2022/10/12/hommage-a-patricia-tavignot/)

André D. Robert et Richard Wittorski

Après avoir soutenu sa thèse de Doctorat sous la direction de Gérard Vergnaud, Patricia Tavignot a été recrutée d’abord comme Directrice des études puis Maître de Conférences au milieu des années 1990 à l’Université de Rouen. Elle y a réalisé l’essentiel de sa carrière d’enseignant-chercheur, d’une part à l’IUFM devenu ensuite ESPE puis plus récemment INSPE pour le volet enseignement de ses activités et d’autre part au laboratoire CIVIIC (Centre Interdisciplinaire de recherche sur les Valeurs, les Identités et les compétences) devenu CIRNEF (Centre Interdisciplinaire de recherche Normand en Education et formation) pour le volet recherche. Ces dernières années, elle était co-responsable de l’axe : « Dynamiques et perceptions du changement dans les pratiques d’enseignement – apprentissage ». Sa forte implication dans le domaine de la formation des enseignants est connue et reconnue de tous ses collègues. Cette implication s’est notamment traduite par son engagement volontaire dans plusieurs projets d’envergure au gré des réformes, tels l’installation de l’analyse de pratiques à l’IUFM de Rouen au début des années 2000, puis le développement progressif de la formation de formateurs dans ce même lieu avec plus récemment le montage et la co-responsabilité d’un parcours de master, mention 4 du MEEF. Ses engagements en matière de recherche ont également été importants, évoquons par exemple la mise en place d’un espace recherche à l’IUFM de Rouen en étroite articulation avec le laboratoire CIVIIC qui a été l’occasion de fédérer les efforts de recherche internes à l’IUFM et d’adosser progressivement l’offre de master à ces travaux. Il en est de même de son implication déterminante dans un programme de recherche longitudinal à propos de la professionnalisation des enseignants (suivi de plusieurs cohortes de jeunes diplômés au gré de plusieurs réformes). Parmi ses publications les plus significatives : des ouvrages, avec Jean-Luc Rinaudo (dirs.), Le changement à l’école. Sources, tensions, effets, L’Harmattan (2016), avec Jean-François Thémines (coords.), Professeurs des écoles en formation initiale au fil des réformes : un modèle de professionnalisation en question, Presses du Septentrion (2019) ; des articles : A propos de la transposition didactique en didactique des mathématiques, Spirale, 1995, 15, 31-60 ; Circulation de savoirs et espaces d’intéressement : types de savoirs dans un dispositif d’accompagnement. Recherche et formation, 2008, 58, 43-56 ; avec Martine Janner-Raimondi, Posture d’accompagnement au changement-innovation avec des équipes d’école volontaires : l’implication réfléchissante, Éducation et socialisation [En ligne], 38|2015, mis en ligne le 15 juin 2015.

Le rayonnement de Patricia en matière de recherche dépasse largement l’Université de Rouen, puisqu’elle a été souvent sollicitée pour rendre compte de ses travaux auprès de communautés variées, universitaires et professionnelles. A ce titre, elle a par exemple assuré avec Jean-François Thémines, à la rentrée 2021, la conférence d’ouverture du colloque « L’école primaire au 21e siècle » à l’université de Cergy : « Un modèle de professionnalisation en question : les transformations du métier de professeur des écoles perçues à partir de l’investissement de la formation initiale par les étudiants ». Ce fut sans doute, malheureusement, sa dernière grande intervention publique en sciences de l’éducation et de la formation.

Un autre aspect majeur de l’activité de Patricia concerne son dévouement à la communauté des enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation et de la formation, à travers sa participation aux travaux du CNU 70e section. Elle a siégé dans cette instance de 2008 à 2019, d’abord comme membre, puis durant les deux mandats suivants comme membre du bureau, d’abord deuxième vice-présidente, ensuite assesseur. Son rôle au sein de ce bureau a été continûment apprécié par les différentes équipes successives, et quelles qu’aient été les sensibilités syndicales. Elue de la liste non syndicale[1], Patricia avait la capacité de trouver des accords avec tous par la qualité et le sérieux de son travail, par sa très bonne connaissance de notre communauté scientifique à l’échelon national, notamment lors des moments toujours délicats de répartition des dossiers à instruire auprès de telle ou tel. Jamais comptable de son temps, dotée d’un réel esprit de synthèse, elle-même procédait à des analyses très équilibrées des dossiers qui lui incombaient (de didactique et d’autres champs), analyses toujours marquées au coin de la bienveillance envers autrui (une des caractéristiques de la personnalité de Patricia), quoique sans laxisme. Prenant des notes très détaillées sur le type de travaux des unes et des autres, Patricia a constitué une véritable mémoire de la section 70, qui se révélait extrêmement précieuse en session pour éclairer l’assemblée lorsqu’un problème survenait et qui a été indispensable à l’appareillage statistique en vue de la rédaction de notre article écrit à partir de notre expérience du CNU 2011-2015 : « Les productions doctorales 2012-2015 et le devenir des docteurs ‘qualifiés’ au prisme de la 70e section du CNU »[2]. Ayant bataillé, avec d’autres, à propos de plusieurs décisions réformatrices, contestables et contestées, tel que par exemple dernièrement le bilan de carrière, elle se reconnaissait pleinement dans la conclusion de cet article : « il nous semble qu’un collectif national pluriel, constitué de 24 membres, et bientôt de 36, s’il ne saurait être à l’abri d’erreurs, reste mieux à même de se prononcer sans parti-pris d’école théorique ou méthodologique étroit sur la qualité scientifique de dossiers doctoraux » et autres questions.

Nous gardons et garderons le souvenir ému de la Patricia formatrice, chercheure, dévouée à sa communauté scientifique bien sûr, mais aussi de la femme enjouée – par-delà les souffrances que lui avait valu la maladie –, dynamique, et toujours en souci des autres, jamais avare de sa bienveillance et de son amitié.

André D. Robert et Richard Wittorski

[1] « Une alternative pour les sciences de l’éducation ».

[2] André D. Robert & Patricia Tavignot, in dossier Evolutions et défis des sciences de l’éducation. Regards transnationaux R. Hofstetter, T. Piot (coords), Les Dossiers des sciences de l’éducation, 2019, 42, 89-119.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s